« Le deuil, c’est après. »

Un dimanche de septembre 2019. Le dernier à vivre pour le père de l’auteure, en phase terminale d’un cancer du pancréas.

Emmanuelle Lambert égraine les jours de la dernière semaine de son père, entre réalité de la fin de vie et souvenirs d’enfance.

Un très beau roman d’amour filial.

A lire, un chien à ses pieds.

Extraits:

« L’instabilité du présent a bien trop besoin de l’épaisseur du passé. »

« Nous n’espérions rien autant que la fin, pour abolir la lenteur d’une agonie qui s’éternisait dans son corps. »

« Il dit: »Il est mort, mais ce n’est pas grave? » et c’est la plus belle chose au monde. »

Et vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s