« seules deux routes s’offraient à ceux de son espèce: accepter ou souffrir. »

Anna a réussi à grand peine à s'extraire de son milieu modeste, est devenue pharmacienne et a épousé un beau parti. Sa vie entière est une lutte pour ne pas être démasquée et remplir parfaitement les rôles d'épouse et de citoyenne modèles qu'elle a endossés. Quand son fils de 18 ans est incarcéré pour avoir …

« Qui est-on quand on n’est plus ce qu’on était, mais pas non plus autre chose tout à fait? »

Mêlée à l’Histoire italienne de la première guerre mondiale aux années 70, l’histoire de l’autrice et de sa famille. La violence partout, dans les rues, au sein des institutions et à l’intérieur du foyer. Comment s’échapper? Sauver sa peau? Vivre avec le poids de ceux qu’on a laissé derrière soi? Un roman très fort sur …

« Nos souvenirs cherchent la confirmation de leur existence dans la voix des autres. »

Hannah, enseignante, est arrêtée dans sa classe, devant ses élèves. Aux policiers qui l'interrogent, elle tente de livrer son histoire pour justifier ce qui l'a amenée à agir comme elle l'a fait. Son enfance, fille de marocains, dans une cité minière. Son désir depuis toujours d'enseigner. La découverte de sa singularité. Et son père, dont …

« Il ne peut aimer que dans l’inquiétude. Il est l’aîné pour toujours. »

Quand l'enfant naît, il compromet irrémédiablement l'équilibre dans lequel se maintenaient ses parents, son frère et sa soeur. Son regard qui ne se fixe sur rien, sa nuque perpétuellement calée sur des coussins, sa bouche muette, tout signe sa différence. Comment l'aîné et la cadette vont-ils s'adapter à cette nouvelle vie ? Comment cet enfant …

« Le deuil, c’est après. »

Un dimanche de septembre 2019. Le dernier à vivre pour le père de l'auteure, en phase terminale d'un cancer du pancréas. Emmanuelle Lambert égraine les jours de la dernière semaine de son père, entre réalité de la fin de vie et souvenirs d'enfance. Un très beau roman d'amour filial. A lire, un chien à ses …

« J’étais différent des autres, comme tout le monde. »

Orléans, dans les années 70 et 80, l'enfance de l'auteur de la maternelle à sa dernière année de prépa. Deux grandes parties : "Dedans" pour la vie maltraitée entre ses deux parents et "Dehors" pour la vie à l'école, les filles, la littérature. A lire plutôt que de résoudre des équations. Extraits: "Pour moi, depuis …

« Ce qui compte, c’est ce qu’on ne dit pas. »

Leïla Slimani a accepté de passer la nuit, seule, dans un musée d'art contemporain à Venise. Ce texte est issu de cette expérience. Leïla Slimani y parle de son enfance, de son père, d'enfermement, du métier d'écrivain... Un très beau texte qui ne fait qu'accroître ma bonne opinion sur cette autrice. A lire au musée. …

« Les réunions de famille sont détestables. On y voit tous les vices de l’humanité »

Giacomo, traducteur sarde installé à Marseille, rejoint son île pour assister aux derniers jours de sa grand-mère. L'occasion pour lui de retrouver les paysages et les personnages de son enfance, figés dans ce petit village dans lequel rien ne change. Un roman mélancolique dans lequel se retrouveront facilement les déracinés de la Méditerranée. A lire …

« Seule la beauté console »

"Neverland" est une exploration de l'enfance au langage très poétique. Trop pour moi, certainement. Je n'ai pas le culte de l'enfance et l'insouciance qui y est souvent associée me paraît toujours un peu factice. Le voyage s'est fait sans moi mais m'a permis d'espérer que mes enfants gardent de leurs premières années des souvenirs aussi …

« je savais qu’une vie sans rire, sans choix et sans amour était une vie gâchée »

La narratrice vit dans un pavillon sans âme avec son petit frère Gilles et ses parents. Elle compare sa mère à une amibe tant elle s'efface sous les coups de son père, ogre passionné par la chasse. Un soir d'été, un accident fait basculer le fragile équilibre des enfants. Loin de se résigner, la narratrice …

« Admettons que je sois un super-héros, sans le savoir »

Achille a dix ans et l'entrée en sixième approche. Sa mère aimerait qu'il gagne en maturité au cours des vacances d'été mais Achille a pour seule obsession "Flash Popcorn", un superhéros avec lequel il se sent une filiation qu'il passera l'été à tenter de prouver. Lu à haute voix à mes enfants de 8 et …

"J'ai peur de façon imprécise"

"Consister à vivre" est le premier tome d'une trilogie. Ce qui interroge puisque ce premier tome ne compte que 160 pages. J'ai vaguement cherché un autre intérêt que celui financier à scinder un texte court (moins de 500 pages certainement) en trois ouvrages. Je n'ai pas trouvé. Dites-moi si vous savez. Mais peu importe. Christophe …