« le soleil s’était éteint à jamais »

  Rose a dix-huit ans. C'est l'été et elle n'a qu'une idée en tête: perdre sa virginité avec Bruno, le meilleur ami de son père. Quand, soudain, réapparait Manette, sa mère qui l'a abandonnée alors qu'elle n'avait que quelques mois. Je ne connais pas Juliette Arnaud mais j'avais entendu beaucoup de bien de son roman …

« La fierté est un dragon féroce »

Ruth est sage-femme. Noire dans un quartier blanc. Un jour, alors qu'elle travaille depuis vingt ans sans incident dans le même hôpital, elle se trouve confrontée à un couple de blancs fondamentalistes auxquels la responsable de Ruth accorde qu'elle ne s'occupe pas de leur enfant. Quand le bébé fait un arrêt cardiaque, Ruth est seule …

« Il cherchait les mots qui lui auraient parlé de lui »

En panne d'inspiration, l'auteur étouffe dans sa vie citadine. Dans l'espoir de renouer avec l'écriture, il loue une maison dans les Alpes, à proximité du lieu où il passa tous ses étés d'enfance. Un texte court, une ode à la nature et à la vie simple. J'ai été un peu désarçonnée par les très nombreuses …

« J’étais donc sauvé, puisqu’on s’intéressait à moi »

Pensionné de guerre, Victor Bâton vit seul dans une chambre de bonne miteuse. Sa seule obsession est de trouver un ami qui le sortirait de la solitude et il arpente les rues de Paris dans cet espoir. Dans ce livre, il narre cinq des rencontres importantes qu'il a faites et sur lesquelles il a à …

« De toute façon il n’y a pas de paix »

Étienne, photographe de guerre, est libéré d'une prise d'otage. Irène, sa mère, l'attend sur le tarmac pour le ramener à la vie auprès d'Enzo, son ami de toujours. La vie d'après commence. La vie avec le souvenir de l'horreur et la peur. Cette peur qui est en chacun d'eux. Avec laquelle, chacun à leur façon, …

« Tout s’évaporait quand le jour devenait éclatant et vulgaire »

Tess, jeune paysanne, est envoyée dans une famille bourgeoise pour aider ses parents. Séduite puis abandonnée par le fils de son employeur, elle traînera son déshonneur au fil d'une vie aussi romantique que tragique. Je n'avais encore jamais lu ce classique et je l'ai fait avec beaucoup de plaisir, essentiellement pour l'étude des mœurs brillamment …

« La moindre intrusion de l’extérieur peut me détruire »

Mais qu'ai-je donc fait de mon mois de juillet dans mon monde intérieur qu'est ce petit carnet ? J'ai soufflé une bougie supplémentaire: J'ai visité des musées: Les enfants en vacances m'incitent à me coucher tard. Mais, comme moi je travaille encore, ces veillées empiètent sur mon temps de lecture. Du coup, j'ai lu peu. …

« La tristesse est un don »

Au début de l'été, en Suisse, Summer, 19 ans, sublime et fille d'une riche famille genevoise, disparaît. Vingt-cinq ans plus tard, son jeune frère, Benjamin, est toujours hanté par son souvenir. Au fil de ses séances de thérapie, on le suit dans la reconstruction des souvenirs de cette soirée là et des jours qui ont …

« Nous venons de nous installer, il y a vingt ans »

  Henry, écrivain quinquagénaire  en perte de vitesse, rentre un soir chez lui et découvre qu'un énorme chien y a élu domicile. Ce nouveau compagnon va déstabiliser la famille d'Henry, qui, déjà, ne tenait pas vraiment debout. Un roman assez drôle qui m'a fait penser à ceux de Jonathan Tropper (que je préfère pour être …

« Mon printemps est mort »

  Violette est gardienne de cimetière. Née sous X, blessée par un mari égoïste qui finit par l'abandonner, elle a vécu le pire des drames et s'est protégée en s'enfermant dans un quotidien solitaire et bien rodé. Quand fait irruption dans cette vie bien rangée un homme qui va tout bouleverser. "Changer l'eau des fleurs" est …

« C’est la solitude qui rend la douleur terrible »

Modesta naît le 1er janvier 1900. "L'art de la joie" retrace sa vie, de sa naissance dans une famille pauvre, à tous les sens du terme, à la fin de sa vie, riche, lettrée, aimée et heureuse. Quelle lecture pénible que ce roman... Dès les premières pages, le style de l'auteure m'a mise mal à …

« La douleur revêt un caractère nostalgique »

"Fugitive parce que reine" raconte l'enfance de l'auteure dans une famille de la grande bourgeoisie parisienne auprès d'une mère bipolaire. La première partie expose cette vie fantasque et cabossée du point de vue de l'auteure et de sa soeur aînée quand la seconde partie se saisit du regard de la mère, de sa propre enfance …