« Je l’aime d’un amour qui ne se nomme pas. »

Soeur Anne vit au couvent depuis 20 ans mais traverse une crise qui éprouve profondément sa foi.

La mère supérieure lui confie Jeanne, une jeune postulante solaire avec qui elle se lie d’une amitié profonde.

Un très beau roman, très sensible et délicat aux personnages attachants.

A lire sur un banc au clair de lune.

Extraits :

« l’aube qui vient est une promesse »

« Chaque minute recèle une possible tragédie. »

« Le fait d’être imparfaite est, pour elle, un péché qu’on ne pardonne pas. »

Et vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s