« Les livres sont leurs propres censeurs »

Le 16 juillet 1994, dans la région de Manchester, Julie, dix-sept ans, disparaît.

Vingt ans plus tard, les recherches ont été abandonnées depuis longtemps et Julie n’a pas été retrouvée.

Son père est mort d’épuisement à force d’avoir cherché sa fille. Sa mère et sa soeur, Selena, tentent de vivre malgré ce deuil impossible.

C’est alors que Julie réapparaît.

Alors que je m’attendais à un roman policier plus ou moins psychologique, je me suis heurtée à un mélange de thriller et de science-fiction, genre que j’exècre.

J’ai été d’autant plus déçue que les multiples thèmes du deuil, de l’absence, de la culpabilité, de la vérité, du trauma étaient tous plus intéressants à traiter les uns que les autres. Mais pas comme ça.

Du coup, j’ai souffert.

A lire avec un pote martien.

One Reply to “« Les livres sont leurs propres censeurs »”

Et vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s