« Qui ose faire pleurer une lionne? »

Anita-Rose vit dans un bidonville de Karachi avec sa mère et son frère, bien décidé à s’extraire de cette vie à n’importe quel prix.

Anita-Rose, elle, passe son temps chez son voisin qui l’initie à la littérature.

Monty vit aussi à Karachi mais soupçonne à peine l’existence des bidonvilles. Fils d’une famille richissime, un peu trop couvé par sa mère, il tombe amoureux de Layla, jeune fille rebelle de son école et, pour elle, s’écarte de la voie tracée par son père.

Sunny est né en Angleterre. Son père, veuf, a quitté l’Inde pour offrir un avenir meilleur à son fils et sa réussite lui tient à coeur. Mais Sunny se sent différent de ses camarades et a honte de ce père trop soumis au modèle occidental.

Quand son cousin Oz, fondamentaliste de retour de Syrie, le prend sous son aile, il envisage différemment sa place dans le monde.

Ces trois jeunes, encore des enfants, voient leurs destins se croiser dans le désert et l’odeur du sang.

J’ai beaucoup aimé ce roman. La conjonction d’un sujet qui m’intéresse, la fragilité des âges charnières, et du style de l’auteure.

C’est beau, subtil et intelligent. Un vrai moment de plaisir.

A lire au lieu de retourner au lycée.

Et vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s