"elle était consumée par une solitude dévastatrice"

Kate, jeune fille issue d’un milieu modeste, rencontre Max, fils d’un médecin et d’une célèbre cinéaste, sur les bancs de la fac.

Le jeune homme a un charisme et une aura qui séduisent immédiatement la jeune fille et lui se sent rassuré par sa présence.

Très rapidement, une amitié très forte les lie.

Mais la vie de Kate bascule au cours d’une soirée chez Max où elle est violée par son cousin.

Le traumatisme va balayer la légèreté et l’avenir de Kate et faire d’elle une femme dont Max va s’éloigner.

Sa parole pourra t’elle la libérer?

Comme souvent à la sortie d’un roman, les superlatifs ne manquent pas pour le décrire. Celui-ci était réputé traiter le viol avec une justesse sans précédent.

J’ai, plus ou moins récemment, lu plusieurs romans qui abordaient ce thème. Je n’en ai pas trouvé un qui trouve résonance en moi.

« Le rouge n’est plus une couleur » se lit facilement mais ne laisse aucune empreinte.

A lire à Londres.

Et vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s