"On peut polir les mots mais pas les silences."

Alizia est élevée pour être jolie, pour que sa mère, Silvia, qui s’occupe seule d’elle, de sa soeur ainée et de son frère handicapé mental, soit fière d’elle.

Un jour, elle rejette tout en bloc et part faire sa vie à Paris, loin de sa mère qui lui tourne le dos.

Alizia rencontre le beau Jean avec qui tout est limpide, la vie comme l’amour. Mais, en assistant à leur mariage, Silvia va faire exploser ce couple parfait.

J’ai toujours un peu de mal avec les romans dont le point de départ est invraisemblable.

Alors, quand en plus l’héroïne m’exaspère par ses choix dénués du plus élémentaire bon sens, j’ai envie de lui hurler à l’oreille d’arrêter d’être aussi stupide et que tout ira mieux.

Bref, un roman très agaçant.

A lire à la réception d’un hôtel.

Extraits:

« Le père étant parti pour vivre une vie sans nous, la possibilité qu’elle nous abandonne prend rapidement racine dans mon esprit. L’asile des bras maternels se dentelle d’incertitude. »

« Gazon bien tondu. Barrières blanches. Abonnement au câble. Bonheurs tempérés. »

« L’existence n’est finalement faite que de mots. Ce sont eux qui subliment ou qui noircissent les destins. »

Et vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s