« Il me semble souvent que je t’aime »

Après avoir effleuré son père dans ses précédents romans, Édouard Louis lui consacre ce très court texte pour lui écrire tout ce qu’il n’a jamais su lui dire. Il décrit un homme sensible mais empêtré dans sa condition sociale. Une déclaration plus que l’acte politique auquel je m’attendais.

A lire le dimanche.

Extrait:

« D’une manière générale, quand je repense au passé et à notre vie commune, je me souviens avant tour de ce que je ne t’ai pas dit, mes souvenirs sont ceux de ce qui n’a pas eu lieu. »

Et vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s