« Quand on attend rien, demain tient toujours ses promesses. »

Lucie est exclue du collège pour avoir arraché et mangé le lobe de l’oreille d’Enzo qui avait posté sur Facebook un photomontage d’elle, écoeurant. Quand le père d’Enzo vient faire chanter sa mère, Lucie décide de réunir elle-même les 1000 euros qu’il réclame. Mais, entre sa mère, obsédée par ses rêves de jeunesse avortés, son frère adulé mais parti à Paris et les autres adultes qui l’entourent, tous aussi paumés qu’elle, Lucie n’est pas aidée.

Un texte écrit dans la langue de Lucie et difficile à lâcher.

A lire au kebab.

Extraits:

« De toute façon, les gens se parlent mais ne se répondent pas. »

« les hommes sont, quelque part, un peu tous des voleurs-d’énergie, de temps, de beauté. »

« Quelque part, on est toujours un peu otage de l’amour filial. »

Et vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :