« Dans le domaine du pire, la vie m’a appris que rien n’est impossible. »

Plusieurs histoires composent ce roman. Toutes traitent de la place des femmes en Iran, pays natal de l'auteure. Si j'ai eu un peu de mal à apprécier le style de l'auteure au premier chapitre, j'ai été conquise par la puissance de sa narration sur toute la suite du roman. Incontestablement des mots qui me resteront …

« La vie ne lui apprend jamais rien, elle n’a pas que ça à faire. »

Janvier 2018. Thiers. Une prof de français traverse hors des clous pour ne pas salir ses bottines avant d'aller en cours. Un automobiliste la klaxonne. Surprise, elle lui fait un doigt d'honneur. L'homme se gare devant elle et la somme de recommencer. Elle s'exécute. Il la gifle. La gifle qui la ramène à toutes les …

« C’est avoir que veulent les hommes, les femmes c’est pouvoir »

Rose, quatorze ans et aînée de quatre filles, est vendue par son père pour servir dans un château. Arrivée sur place, la réalité est bien plus sombre et Rose se trouve soumise à la perversité de ses employeurs. Un conte sombre que j'ai trouvé sans originalité ni réelle beauté que ce soit dans la narration …

« En ce moment, tu te manques. »

Elle a un bébé et plus d'amoureux. Elle a des envies, des désirs, mais plus de temps. Tout est happé par la nécessité. Il y a la colère, la solitude et la culpabilité. Et puis aussi l'amour. Surtout l'amour. J'ai connu Samira El Ayachi en lisant son roman "Quarante jours après ma mort" que j'avais …

« Les absents sont des trous dans nos coeurs. »

Au lycée, Brune a un coup de foudre amical pour celle que tous surnomment Brigitte. Pendant dix ans, Brune et Brigitte sont les meilleures amies du monde. Elles grandissent et aiment ensemble, chacune à leur manière bien différente. Quand elles ont vingt-cinq ans, sans que Brune en comprenne la raison, Brigitte disparaît de sa vie …

« Cela ne tient vraiment qu’à moi si je ne peux m’accommoder du présent »

La narratrice mène une vie bourgeoise auprès de son époux et de ses deux grands enfants. Quand elle a terminé les tâches ménagères qu'elle s'impose, elle se réfugie dans la mansarde de sa maison où personne d'autre ne monte. Elle y dessine des oiseaux. Sa vie est chahutée quand elle commence à recevoir des enveloppes …

« Il faut retrouver le sens de l’unique »

Plus d'un an sans approcher de ma machine qui avait bien pris la poussière quand j'ai décidé de coudre ma robe de Noël. Dès sa sortie, j'ai totalement flashé sur la robe Magnolia de Deer and Doe. Oui, mais... je ne couds presque plus et c'est, évidemment, la version maxi-jupe qui me faisait de l'oeil …

« Ailleurs est un adverbe sublime »

Dans les années 50 à Reykjavik, Sigvaldi est fou amoureux de la belle et volcanique Helga. Quand elle tombe enceinte de leur deuxième fille, ils décident de la prénommer Asta, qui signifie "amour", à une lettre près. Mais la vie est pleine de tempêtes et de séismes et celle d'Asta en sera maintes fois affectée. …

« Je voulais la colère et la fragilité »

Jeanne a 39 ans. Elle a perdu un enfant et on vient de lui diagnostiquer un cancer. Trop à supporter pour Matt, son mari qui la quitte. Au cours d'une de ses chimio, elle fait la connaissance de Brigitte qui la prend sous son aile et lui propose de vivre avec Assia, Mélody et elle. …

« Les étoiles brillent dans un ciel d’enfance. »

Laurence est une femme comme il faut. Elle élève correctement ses deux petites filles, a un bon métier et un amant qui ne font pas d'ombre à son mari. Elle rend régulièrement visite à son père qu'elle admire et place au-dessus de tous les hommes et prend soin de sa mère, égoïste et fantasque. Les …

« Relire un livre qu’on a lu, c’est un ancien ami qu’on revoit »

Remplaçons ici le mot "livre" par le mot "patron"... et gardons en tête qu'il est certains amis qu'on a de bonnes raisons de ne pas revoir. Il y a environ trois ans, j'avais cousu une veste Gérard de République du Chiffon pour ma mère. Lorsque j'avais laborieusement recopié le patron, je m'étais dit que, tant que …

« Conquérir sa joie vaut mieux que de s’abandonner à sa tristesse »

Comme je vous en parlais dans mon article précédent, la maîtresse de mon grand avait demandé à ce que les parents accompagnant le carnaval portent également un costume fait-maison. Mon grand y tenait absolument. J'ai repoussé ce qui me paraissait être une corvée le plus longtemps possible mais il a bien fallu que je me …