Accéder au contenu principal

« Prononcer le mot « renoncement » laisse un mauvais goût sur la langue »

2018-04-04 17.42.03.jpg

Mathias Malzieu, chanteur du groupe Dyonisos, découvre, alors qu’il est jeune, à l’apogée de sa carrière et plein de projets, qu’il est atteint d’une maladie potentiellement mortelle.

Ce livre n’est pas un roman mais une sorte de journal intime de ces quelques mois de combat qui l’amèneront à la guérison.

L’écriture est poétique, très métaphorique. Trop pour moi sans doute. L’humour et la légèreté feinte qui permettent de mettre à distance la maladie sont certainement indispensables à l’auteur pour être en capacité de raconter quelque chose de si intime que sa rencontre avec la mort, mais en tant que lectrice, je n’ai pas réussi à entrer dans le récit.

La narration est très factuelle, une suite d’évènements et les sentiments partagés sont essentiellement positifs.  Il m’a manqué des émotions que l’auteur a pourtant certainement ressenties: la colère, l’abattement, etc… Même si je comprends parfaitement que la pudeur empêche de tout dire, je suis restée sur le bord de la route.

Peut-être faudra-t-il que je découvre cet auteur avec un de ses romans.

 

Et vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s