Accéder au contenu principal

« Nul ne peut fuir son destin »

IMG_1170.JPG

Afghanistan. Un chef de guerre pachtoune perd deux de ses enfants lors d’une attaque de drone tandis que des paramilitaires se livrent à des opérations douteuses.

Comme dans « Citoyens clandestins », premier opus de cette série, de nombreuses histoires s’entremêlent sur quatre continents. La guerre est prétexte au trafic de drogue. L’intérêt général est souvent détourné au profit d’intérêts très particuliers.

J’avais beaucoup aimé « Citoyens clandestins » et j’ai retrouvé avec plaisir la plume particulière de DOA. J’ai savouré le foisonnement de personnages tous plus complexes les uns que les autres et mes retrouvailles avec certains des héros de « Citoyens clandestins ». Et, plus que tout, j’ai apprécié l’absence de manichéisme du récit. Rien n’est évident au fil de ces 800 pages. Le récit semble coller à la réalité.

A moi « Pukhtu: secundo » maintenant!

 

 

 

Et vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s