Lecture·Uncategorized

« Les filles purifient leur âme de cette souillure grâce au travail »

IMG_7748.JPG

Une petite fille demande à sa grand-mère comment elle a rencontré son mari. S’ensuivent deux récits entrecroisés à trente ans d’intervalle pour mener le lecteur à la rencontre de ces deux personnages.

J’ai croisé ce livre plusieurs fois avant de l’acheter et j’en ai entendu le plus grand bien.

Malheureusement, je suis loin de partager l’avis général.

Je me suis ennuyée d’un bout à l’autre de la lecture de ce qui est pour moi un roman à l’eau de rose sans saveur.

Les situations des personnages sont toutes plus énervantes les unes que les autres, aucun ne prenant jamais sa vie en main mais tous se contentant d’en subir les aléas dramatiques sans réagir. Je suis incapable de m’attacher à ce genre de « héros » qui se laisse malmener sans le moindre soubresaut. Ca n’éveille chez moi aucune compassion.

Ajoutons à cette mollesse des rebondissements de l’histoire sans aucune subtilité et on aboutit à une grosse déception.

Tant pis.

 

Publicités

3 commentaires sur “« Les filles purifient leur âme de cette souillure grâce au travail »

  1. Je ne le note pas donc !
    Au fil de tes articles, il apparaît que tu n’aimes pas les personnages qui subissent ou donnent le sentiment de subir leur vie… Et je crois que je te comprends 😉

Et vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s