Lecture·Uncategorized

« Ca y est. Je vais enfin y passer. »

IMG_7701.JPG

Anastasia, jeune oie blanche, rencontre Christian Grey, millionnaire, beau comme un Dieu, à peine plus âgé qu’elle et mystérieux. C’est le coup de foudre. Mais la conscience d’Ana la tiraille lorsqu’elle apprend que le hobby plus que prenant du beau Christian, c’est le SM.

Je nourrissais les pires a priori sur ce livre depuis sa sortie. Je soupçonnais l’Harlequin et je n’avais pas envie de perdre du temps avec ce genre de lecture. Toutes mes amies se le sont passé, enthousiastes. Mais aucune ne me l’a proposé. Je dois avoir une mauvaise réputation en matière de livre. Ou je parais trop prude. Bref, j’ai laissé passer la vague. Et puis, cet été, une fois encore en panne d’inspiration, j’ai cédé à la tentation et je l’ai acheté.

J’aurais dû me fier à mon instinct. Si j’avais un mot pour résumer ces 600 pages, je dirais « agaçant ». Les deux personnages sont si caricaturaux que c’en est exaspérant. Le mâle est, bien entendu, riche, beau, généreux et mystérieux. Et il a des failles qu’il tente de cacher mais qui ressurgissent à longueur de pages. Horripilant. La jeune donzelle est forcément pure, pauvre mais talentueuse et honnête et tiraillée par sa conscience.

On pourrait en rester là et finalement se laisser aller au plaisir d’une lecture facile. J’aime bien les romans d’amour et j’aurais pu succomber. Mais, le style. Mon Dieu. Le style. Le titre de mon article est, par exemple, une citation que je n’ai eu aucun mal à retrouver tant le livre regorge de phrases du genre. Ana parle toutes les trois lignes de sa « déesse intérieure » (c’est qui celle-là?). Quand elle se sent émoustillée par les allusions sans classe du beau millionnaire, elle sent des choses « jusque là » (mais où donc?). Les scènes de sexe sont tellement stéréotypées et redondantes que je n’ai à aucun moment été capable de partager le trouble de l’héroïne.

J’avais juste envie de savoir comment tout cela finirait et, là encore, j’ai été déçue.

En toute honnêteté, si l’envie me reprend de m’encanailler, je m’en tiendrai au bon vieux Marquis de Sade.

Par contre, si vous avez une belle histoire d’amour bien écrite à me conseiller, je suis preneuse parce que, du coup, je suis restée sur ma faim et sans ressource.

Publicités

6 commentaires sur “« Ca y est. Je vais enfin y passer. »

  1. Je partage ton point de vue sur ce livre et j’irais même plus loin en disant que je trouve presque ça « dangereux » de donner une telle image de la femme parce qu’au final Anastasia est trop innocente, soumise, elle fait des choses qu’elle n’a pas du tout envie parce qu’elle ne peut pas résister à un homme… pas très féministe tout ça !

  2. Enfin quelqu’un qui déteste les 50 nuances !,,moi j’ai abandonné au bout de 50 pages …

    Envoyé depuis mon appareil mobile Samsung.

  3. Comme quoi, il faut savoir écouter cette petite voix en toi qui te dit que non, ce livre n’est pas pour toi. C’est dur à dire mais souvent les grands succès d’imprimeries ne sont pas de vrais beaux livres. Je n’ai pas lu celui-ci mais j’ai adoré lire ce que tu en penses…
    Sur ce, je file chercher ma déesse intérieure. Mais je crains qu’elle ne soit bien cachée… (c’est peut-être graveleux, d’écrire ceci?)

  4. Ah ben voilà! Toutes mes copines ont adoré, et j’ai du le lire pour participer aux conversations avec mes collègues lors des pauses repas…. mon dieu que c’était nul, le style….. tu oublies « les yeux qui pétillent » toutes les 3 pages, j’en pouvais plus des yeux qui pétillent!

Et vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s