« Parfois il faut fuir pour ne pas mourir »

Leda, libérée de l'éducation de ses filles adultes, part en vacances à la mer, seule. Tous les jours, elle se rend sur la même plage et observe une grande famille de napolitains, en particulier une jeune femme, Nina, qui a l'âge de ses filles et Elena, la fille de Nina. Elle est fascinée par la …

« elle dit que je suis sa liberté »

Lors d'une soirée de jour de l'an, la narratrice, professeure fraîchement divorcée, rencontre Sarah, violoniste libre et passionnée. Les deux femmes se lient très rapidement, d'une amitié qui laisse place à la passion quand Sarah dévoile ses sentiments. La narratrice est subjuguée par la vitalité de Sarah et semble vivre un amour fou qui l'entraîne …

« C’est la solitude qui rend la douleur terrible »

Modesta naît le 1er janvier 1900. "L'art de la joie" retrace sa vie, de sa naissance dans une famille pauvre, à tous les sens du terme, à la fin de sa vie, riche, lettrée, aimée et heureuse. Quelle lecture pénible que ce roman... Dès les premières pages, le style de l'auteure m'a mise mal à …

« Chacun raconte sa vie comme ça l’arrange »

Fin des années 60, entre Naples, Milan et Florence. Lila et Elena, amies depuis l'enfance, sont à présent de jeunes adultes. Elena, diplômée de l'Ecole Normale Supérieure, découvre le succès avec la publication de son premier roman et une vie de famille bourgeoise avec Pietro, jeune et brillant professeur d'université issu d'une grande famille italienne. …

« Il vaut mieux se résigner à être ce que l’on est. »

Quelques mois après la lecture de "L'amie prodigieuse", j'ai replongé avec plaisir dans cette saga. Le premier opus s'achève sur le mariage de Lila, meilleure amie de la narratrice. On retrouve dans "Le nouveau nom" les deux héroïnes et les péripéties qui continueront à les lier et les séparer au cours de leur vie de …