« Le rôle d’un conteur est de se tenir à la porte pour s’assurer qu’elle reste ouverte. »

Onze chapitres comme autant de confrontations à la mort de l'auteure en tant que rabbin ou en tant que femme. Des récits intimes ou réflexifs, drôles et bouleversants. Un très beau texte, délicat et émouvant, que j'ai beaucoup aimé. A lire en savourant d'être en vie.

« Les coeurs se volent souvent dans l’enfance. »

En 2020, en pleine pandémie, l'auteure tombe malade. Une fois guérie, elle rédige cet ouvrage divisé en neuf chapitres proposant chacun un défi d'incarnation. C'est peu dire que j'ai aimé découvrir ce livre, véritable mine d'informations et base d'une réflexion à nourrir sur toute une vie. A lire pour vivre pleinement.

« derrière une obscurité totale se cache un trésor inestimable »

Médecin et diplômée d'acupuncture, l'auteure livre dans cet ouvrage les liens qu'elle fait entre médecine moderne et médecine traditionnelle chinoise. Elle démontre, s'il en est encore besoin, l'impact sur notre corps de nos émotions et nous incite à visualiser notre être dans sa globalité pour mieux en prendre soin. Bien que parfois technique, j'ai trouvé …

« On met une vie à guérir de sa famille. »

Dans cette autobiographie sociologique, Rose-Marie Lagrave retrace son parcours de transfuge féministe, de son enfance dans une famille nombreuse pauvre et catholique à sa retraite de directrice d'études à l'EHESS. Elle parle avec intelligence et simplicité de soumission de classe, de genre, de maternité et de vieillesse. Un très beau parcours et une réflexion enrichissante. …

« Le sexe est le refuge des pauvres d’esprit. »

Manifeste féministe radical diffusé en 1967 par l'auteure, travailleuse du sexe et experte en noirceur masculine. Excessif mais très drôle et, malgré tout, souvent très juste. A lire chez une amie. Extraits: "Chaque homme sait, au fond de lui, qu'il n'est qu'un tas de merde sans intérêt." "L'homme est horrifié à l'idée d'avoir du temps …

« Ce qui compte, c’est ce qu’on ne dit pas. »

Leïla Slimani a accepté de passer la nuit, seule, dans un musée d'art contemporain à Venise. Ce texte est issu de cette expérience. Leïla Slimani y parle de son enfance, de son père, d'enfermement, du métier d'écrivain... Un très beau texte qui ne fait qu'accroître ma bonne opinion sur cette autrice. A lire au musée. …

« Les gens heureux ont plus de mal à échapper aux préjugés bien enracinés. »

Halte à la tyrannie du bonheur, aux trois kiffes par jour, aux journaux de gratitude et aux lunettes roses à travers lesquelles il faudrait voir la vie pour être socialement acceptable. La vie n'est pas faite que d'émotions positives et nier ses émotions négatives nous coupe d'une part essentielle de nous-mêmes et de ressources indispensables …

« Ici, on a une précarité collante. »

Entre octobre 2010 et novembre 2011, les corps de cinq hommes sont repêchés dans la Deûle, à Lille. La piste accidentelle est officiellement retenue mais le doute subsiste dans la population. L'auteur mène l'enquête et tente d'établir un lien entre les mouvements d'extrême-droite, très actifs à Lille, et ces morts inexpliquées. J'ai choisi de lire …

« L’ennui est une forme de contrôle social »

Comment s'extraire de ce que nous nous laissons aller à penser être les incontournables contraintes d'une vie d'adulte pour retrouver une pensée autonome et une vie libre ? C'est ce que s'attache à nous faire comprendre cet ouvrage au ton léger. Pas de grande révélation qui permettrait de nous sauver de nos vils penchants moutonniers …

« Les survivants de traumatismes ont des symptômes plutôt que des souvenirs »

Bernard Mayer et Françoise Pasqualin font la lumière sur les dernières méthodes sollicitant à la fois le corps et l'esprit pour guérir les traumas difficiles à soulager par les thérapies verbales traditionnelles. Un ouvrage très intéressant qui permet d'envisager de nouvelles voies de guérison. A lire dans la salle d'attente de son psy.

« Les frontières blessent »

De 2016 à 2019, l'auteur a enseigné à Marseille, en SEGPA. Il y a découvert des enfants attachants aux histoires personnelles complexes. Des enfants à qui l'école aurait dû tout donner et qui n'en attendaient plus rien. Cet ouvrage est à la fois un partage d'expérience et une réflexion sur le rôle de l'école dans …

« Le « sérieux », on savait ce que c’était, c’était la sévérité et très souvent la bêtise de l’autorité »

Du moine du Moyen-Age au coworker d'aujourd'hui, du pupitre au bureau couché, Pascal Dibie explore ces lieux et ces activités auxquelles nous consacrons tant de temps. Fâchée avec le bureau depuis longtemps mais y passant malgré tout la plupart de mon temps, j'ai savouré ce livre drôle et passionnant. A lire au bureau, planqué sous …