« Chaque être existe bien au-delà de ce que l’on peut dire ou penser de lui. »

Gaspard Dhellemmes partage dans ce court texte son expérience de la psychanalyse et l’enquête qu’elle l’a conduite à mener sur « le cas Aimée », fondateur de la réussite de Jacques Lacan mais dont les conséquences sur sa carrière ont été complexes.

Un texte teinté d’humour que j’ai apprécié, certainement parce que j’ai souffert quelques années sous le joug de lacaniens convaincus et que je ne rate aucune occasion de voir ramener le grand maître à l’homme qu’il était.

A lire, en salle d’attente, l’enveloppe dans la poche.

Extraits :

« La souffrance enrichit la vie de l’esprit, c’est à peu près sa seule vertu. »

« L’analyse était l’expérience la plus sale, perturbante, qu’il m’ait été donné de vivre. »

« Qu’une grande oeuvre vienne racheter une vie médiocre: on ne guérit jamais, je le crains, de cet espoir fou. »

Et vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s