« dans ses yeux au moins le monde apparaissait aussi effrayant qu’il l’était vraiment. »

Dolorès, Zineb, Bianca et Hannibal sont inséparables depuis l’école primaire et les cours de poterie chez le charismatique Auguste Meyer.

Quand Hannibal disparait alors qu’il est encore lycéen, la vie de ses amies en est bouleversée.

Huit ans plus tard, son corps est retrouvé enterré dans le jardin du vieux sculpteur mort quelques années auparavant.

Un roman peut-être un peu touffu, pas vraiment le récit d’une amitié, pas vraiment une enquête non plus. Juste une histoire.

Moi qui ai souvent une préférence pour les romans courts et épurés, j’ai parfois peiné sur quelques longueurs, sur quelques tournures maladroites qui ont heurté mon oeil, sur quelques propos auxquels je n’ai pas trouvé d’aboutissement, mais, après une longue série de très mauvais livres, je ne chipoterais pas plus.

A lire sous un figuier.

Et vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s