« Dans le domaine du pire, la vie m’a appris que rien n’est impossible. »

Plusieurs histoires composent ce roman. Toutes traitent de la place des femmes en Iran, pays natal de l’auteure.

Si j’ai eu un peu de mal à apprécier le style de l’auteure au premier chapitre, j’ai été conquise par la puissance de sa narration sur toute la suite du roman.

Incontestablement des mots qui me resteront longtemps en mémoire.

A lire les cheveux au vent.

Extraits :

« L’exil se fait entendre dans les mots qui sortent de ma bouche. »

« L’exil, c’est troquer sa langue maternelle contre une langue qui vous refuse la quintessence de sa poésie. »

Et vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s